Législatives à risque aux Pays-Bas

Cour européenne des droits de l'homme

Cour européenne des droits de l'homme

Ainsi, avec 33 des 150 élus de la chambre des députés, le Parti populaire libéral et démocrate (VVD) du premier ministre sortant, Mark Rutt perd certes huit sièges par rapport aux précédentes législatives, il y a cinq ans, mais fait mieux que ce que les dernières enquêtes d'opinions attendaient.

Les sondages diffusés à la clôture des bureaux de vote dans la soirée ce mercredi 15 mars créditaient les libéraux du VVD de 31 sièges sur les 150 de la chambre basse du parlement. Dans le même temps, le PVV, le parti de Wilders, obtient 20 sièges, c'est 5 de mieux que lors du précédent scrutin.

M. Wilders a revendiqué "un succès" malgré sa deuxième place ex-aequo avec deux autres formations.

Lors des dernières législatives le parti de Mark Rutte, Premier ministre libéral néerlandais, a gagné 41 sièges.

Après le Brexit au Royaume-Uni et la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine, tous les yeux étaient braqués sur la formation de Geert Wilders, dont le score était attendu comme un baromètre de la montée du populisme en Europe, à moins de 40 jours de la présidentielle française et avant les législatives allemandes de l'automne.

Quelque 12,9 millions d'électeurs sont appelés à se rendre aux urnes dans les 388 municipalités de ce pays qui compte 17 millions d'habitants. Les bulletins de vote de 263 communes sur 388 ont été dépouillés.

Fed : une petite hausse des taux ne saurait cacher un bilan colossal
Pour 2019, elle a maintenu la croissance à 1,9%, le taux de chômage à 4,5% et l'inflation de base de 2,0%. Le taux interbancaire au jour le jour se situe désormais entre 0,75 % et 1 % après cette hausse.

Le premier ministre néerlandais juge les propos d'Erdogan sur Srbrenica "inacceptables"
En Allemagne, où la crise a commencé avec l'annulation de quatre meetings de campagne de ministres, le ton est le même. Pourtant, malgré les apparences, la dispute fait le jeu de Mark Rutte et de Recep Tayyip Erdogan .

Les Britanniques votent le déclenchement de l'article 50 — Brexit
Les Européens chercheront à faire corps, face à des Britanniques susceptibles d'exploiter les divisions au sein du bloc. Mais selon un sondage BMG publié lundi, 48% des Ecossais y sont aujourd'hui favorables.

Compliquant le paysage politique, une crise diplomatique a éclaté pendant le week-end entre Amsterdam et Ankara, après l'interdiction faite par les autorités néerlandaises à des ministres turcs de participer à des meetings en faveur du président Recep Tayyip Erdogan.

Le député PVV a toutefois revendiqué "un succès".

Les propositions très radicales de Wilders, qui proposait d'interdire le Coran, de fermer toutes les mosquées et de sortir de l'Union européenne, qualifiée d'État nazi, ont visiblement fini par faire peur à une société hollandaise jusqu'ici connue pour sa tempérance, et le profit économique qu'elle tire de sa position dans l'Union européenne. Une fois la coalition potentielle dessinée, l'informateur désigne un "formateur", généralement le leader du parti ayant récolté le plus de suffrages.

L'incertitude plane sur le scrutin, alors que le parti d'extrême droite (PVV) mené par Geert Wilders, pointe en tête des sondages, qui le créditent de trente sièges sur les cent cinquante à pourvoir. Comment l'Europe doit-elle analyser ce vote alors que des élections se profilent en France et en Allemagne?

Austérité. Suivent, avec 19 sièges chacun, les chrétiens-démocrates du CDA et les progressistes de D66, puis la gauche écologiste de GroenLinks, menée par le charismatique Jesse Klaver (14 sièges, contre 4 actuellement). Sans oublier qu'elles possèdent un véritable pouvoir dans le système de représentation proportionnelle néerlandais: celui de faire pencher la balance des coalitions. Les résultats de mercredi prochain devraient ainsi ouvrir la voie à d'importants marchandages dans lesquels les petits partis pourraient jouer un rôle déterminant.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.