Le premier ministre néerlandais juge les propos d'Erdogan sur Srbrenica "inacceptables"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan à son arrivée à un meeting le 11 mars 2017 à Istanbul- OZAN KOSE- AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan à son arrivée à un meeting le 11 mars 2017 à Istanbul- OZAN KOSE- AFP

Le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a offert la démission de son gouvernement au roi des Pays-Bas, mardi - une formalité en vue des élections législatives. Le Premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen a "proposé" hier à son homologue turc Binali Yildirim de reporter une visite au Danemark prévue fin mars en raison de "l'escalade" entre Ankara et les Pays-Bas.

Les autorités néerlandaises ont empêché samedi deux ministres turcs de participer sur leur sol à des meetings de campagne en faveur du référendum du 16 avril destiné à renforcer les pouvoirs présidentiels.

La ministre turque de la Famille, Fatma Betül Sayan Kaya, avait pour sa part été expulsée sous escorte vers l'Allemagne _ ce qui a provoqué des émeutes devant le consulat turc à Rotterdam.

L'UE exhorte Ankaras'abstenir de toute déclaration excessive et d'actions qui risqueraient d'exacerber encore la situation", dans une déclaration de la responsable de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, co-signée par le commissaire Johannes Hahn, chargé de la politique de voisinage de l'Union.

Aussitôt après l'affront subi, le président turc Recep Tayyip Erdogan n'a pas manqué d'ajouter à la surenchère, accusant les Néerlandais d'être des "fascistes " influencés par les "vestiges du nazisme ".

Coeur de pirate renouvelle ses voeux de mariage avec Alex Peyrat
La cérémonie s'est déroulée à Montreal ( Canada ) après une escapade il y a quelques jours au Portugal, rapporte Paris Match . Mais Cœur de Pirate, qui a toujours refusé de rentrer dans une norme sexuelle, s'est rapprochée de son ex ces derniers mois.

Violente tempête de neige dans le nord-est — Etats-Unis
Quant aux sections à découvert du métro, elles seront suspendues, ainsi que certaines liaisons de bus et des trains de banlieue. Le président Donald Trump a cependant assuré que le gouvernement était fin prêt à affronter cette tardive offensive hivernale.

Le patrimoine des Le Pen aurait été sous-évalué
Le 31 janvier 2017, ces derniers ont comparu devant la commission départementale de conciliation pour tenter de plaider leur cause.

"Si la Turquie fait la demande, ce pays pourrait toujours compter sur le soutien militaire des Pays-Bas", a-t-elle déclaré sur la radio néerlandaise BNR.

En Allemagne, où la crise a commencé avec l'annulation de quatre meetings de campagne de ministres, le ton est le même. Mais c'est aux Pays-Bas que la tension a débouché sur une crise ouverte.

Après que les Pays-Bas eurent retiré son autorisation d'atterrissage, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a pu se rendre dans la ville de Metz, en France, où il s'est adressé à une foule de plus d'une centaine de personnes, dimanche. Le ministère turc a estimé dans un communiqué que la déclaration de l'UE n'avait "pas de valeur", regrettant qu'elle n'ait été adressée qu'à Ankara et pas aux autres pays impliqués dans cette crise diplomatique. Après plusieurs heures de négociations, il s'était révélé "impossible de trouver une solution", a-t-il dit."Je ne partirai pas tant que l'on ne m'aura pas permis de rencontrer nos concitoyens ne serait-ce que pour cinq minutes", avait déclaré la ministre. "Des tensions diplomatiques existent entre les Pays-Bas et la Turquie depuis le 11 mars 2017". Les rencontres bilatérales de haut niveau ont également été mises à l'arrêt. Des actes politiques forts qui ont conduit le pouvoir turc à dénoncer des relents de "fascisme" et de "nazisme" et les Pays-Bas à lancer un appel à la prudence à ses ressortissants installés en Turquie.

La Turquie, furieuse de voir ses ministres privés de meetings électoraux en Europe, est montée d'un cran lundi dans sa réponse en barrant la route du retour à Ankara à l'ambassadeur néerlandais et en accusant Angela Merkel de " soutenir le terrorisme ". Dans les deux cas, il s'agirait de tenter de convaincre l'électeur que le pays est menacé par de terribles forces extérieures hostiles, acharnées à sa perte et que seule l'adhésion sans réserve de tous au parti au pouvoir pourra conjurer ce péril. Pourtant, malgré les apparences, la dispute fait le jeu de Mark Rutte et de Recep Tayyip Erdogan.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.