Corée du Nord : une nouvelle résolution soumise au Conseil de sécurité

Corée du Nord : Washington impose un vote lundi à l'Onu sur de nouvelles sanctions

Corée du Nord : Washington impose un vote lundi à l'Onu sur de nouvelles sanctions

La position officielle de la Chine et de la Russie, dotées d'un droit de veto, sur un texte amendé et définitif diffusé dimanche soir par les Etats-Unis, n'est pas connue. Après deux essais nucléaires en 2016, Pyongyang a procédé à 14 tirs de missiles balistiques en 2017, dont deux intercontinentaux, rappellent les experts, dont le rapport a été finalisé avant un tir de missile à moyenne portée au-dessus du Japon à la mi-août et un essai nucléaire début septembre.

Si le gel des avoirs de plusieurs cadres du régime ou l'embargo sur le textile ne semble pas faire débat, l'hypothèse d'un arrêt total des livraisons de pétrole serait beaucoup plus discutée. Le nouveau projet de sanctions contre la Corée du Nord est nettement édulcoré, mais pas vidé de sa substance.

La Corée du Nord a averti lundi les Etats-Unis qu'elle leur infligerait "la plus grande des souffrances et des douleurs" s'ils persistaient à vouloir que l'ONU durcisse les sanctions à son encontre, après son sixième essai nucléaire. Pyongyang a déjà réagi en dénoncé la "frénésie" de Washington et a prévenu que les États-Unis "paieraient le prix exigible" en cas d'adoption des nouvelles sanctions.

- Diatribe nord-coréenne - A quelques heures de la mise au vote du projet de résolution américain, la Corée du Nord a exprimé haut et fort son opposition à ce qui constituerait un huitième train de sanctions internationales contre Pyongyang. Ensuite, une interdiction pour les États membres des Nations unies d'importer du textile nord-coréen, afin d'isoler commercialement le pays. La première version de la résolution prévoyait également d'organiser l'inspection par la force en mer d'une dizaine de navires suspects travaillant régulièrement avec le Nord et de geler les avoirs du dirigeant Kim Jong-Un.

OM: Rami, Abdennour et Payet titulaires
J'ai choisi de partir au Zénit Saint-Pétersbourg, un club avec une petite histoire et un beau stade. Selon le Tunisien, les automatismes devraient venir rapidement avec l'international français.

Assaut syrien lancé pour briser le siège par l'EI à Deir Ezzor
Fer de lance de la lutte anti-EI dans la Syrie en guerre, les FDS ont conquis plus de 65% de Raqa, "capitale" de facto de l'EI. De son côté, l'armée syrienne combat Daesh dans la ville de Deir Ezzor, chef-lieu de la province du même nom.

1,2 milliard d'euros de dégâts à St-Martin et St-Barthélemy — Irma
Dans l'île jonchée de détritus, morceaux de tôles, murets ou poubelles pourraient devenir des projectiles dangereux. La population est appelée par la préfecture " à ne sortir sous aucun prétexte ", souligne Météo-France.

Le dernier train de sanctions internationales remonte au 5 août.

"La Corée du Nord semble chercher à accumuler des raisons pour des provocations supplémentaires à l'approche du vote du Conseil de sécurité de l'ONU", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Unification Baik Tae-hyun, lors d'un briefing de presse.

Il n'a guère encore produit d'effets, étant trop récent et alors que les conséquences de sanctions ne peuvent intervenir que sur le long terme, lorsqu'elles sont respectées.

Depuis 2006, le Conseil de sécurité a adopté huit trains de sanctions contre la Corée du Nord pour la dissuader de poursuivre le développement de ses programmes d'armement nucléaire et de missiles balistiques. A titre d'exemple, il a fallu plus de dix ans de sanctions pour amener l'Iran à négocier son programme nucléaire.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.