Notre avis: Blade Runner 2049

Blade Runner 2049 au MEGA CGR Tarnos

Blade Runner 2049 au MEGA CGR Tarnos

Terrorisé de la première à la dernière image à la perspective de ne pas être à la hauteur de son illustre modèle, le réalisateur Denis Villeneuve a donc décidé de mettre le paquet sur le mode: "Faut pas me prendre pour un banal faiseur de blockbusters hollywoodiens: je suis un auteur, moi, et je viens du Canada, s'il vous plaît". On se nourrit de nouilles chinoises dans la rue. Car comme Ridley Scott avant lui, Denis Villeneuve donne autant à réfléchir qu'à ressentir, jusque dans une hallucinante scène d'amour virtuel qui fera date dans l'histoire de la SF au cinéma. Une petite séance de rattrapage ou de révision s'impose donc, mais quelle version voir? En 1982, c'est Ronald Reagan qui siège à la Maison Blanche, et on imagine volontiers que le futur dystopique aperçu dans Blade Runner ne fut pas du goût de tout le monde. Qu'ils se rassurent: Blade Runner 2049 reste non seulement fidèle à son ADN d'origine mais est par certains égards supérieur à son ainé. Ryan Gosling pouvait-il crédiblement succéder à Harrison Ford?

Plongés dans une attente fébrile, les fans de "Blade Runner" peuvent pousser un "ouf" de soulagement.

Blade Runner 2049, à partir du 4 octobre au MEGA CGR Tarnos! Les pauvres Scott et Harrison Ford, qui aurait enregistré sa voix à contre-cur, se voient donc contraints de recevoir des critiques parfois très dures de l'autre côté de l'Atlantique. Pas question ici de signer un remake caché de l'original (comme dans le dernier "Star Wars" par exemple) mais bien de prolonger la réflexion autour de l'intelligence artificielle et de l'éveil à la conscience des robots imaginée par Philip K. Dick dans son roman "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?", publié en 1968 et dont "Blade Runner" était l'adaptation.

Le réalisateur Denis Villeneuve
Le réalisateur Denis Villeneuve

Après l'excellent "Arrival" en 2016, le jeune cinéaste québécois démontre à nouveau qu'il prend la science-fiction très au sérieux et signe le grand film tant attendu.

© IPM Réalisation: Denis Villeneuve. Ce film d'animation d'une petite quinzaine de minutes décrit un événement majeur auquel se réfère le film de Villeneuve: le black-out de 2022. Cette découverte le pousse alors à retrouver Rick Deckard, un ancien blade runner du L.A.P.D qui est porté disparu depuis 30 ans. Par rapport à cet univers crédible et tristement réaliste, les personnages qui s'y agitent - de K à l'illuminé Neander Wallace (Jared Leto, qui en fait trop) en passant par Deckard (Harrison Ford aussi paumé que son perso) -, toutes les aspirations et les luttes de ces personnages semblent bien insignifiantes. Heureusement que la mise en scène et la photographie sont idéales, parfaitement en phase avec le premier Blade Runner, dans les couleurs, les décors, l'ordre urbain cachant un chaos humain.

Le président catalan vote malgré les mesures policières (présidence) — Référendum en Catalogne
En fin de matinée, le gouvernement catalan assurait que 73% des bureaux restaient ouverts. "J'ai voté. Ensemble, nous sommes inarrêtables pour défendre la démocratie", a écrit Piqué sur Twitter.

New York: le chanteur Marylin Manson se blesse lors d'un concert (vidéo)
Le chanteur a ensuite été conduit à l'hôpital, a indiqué un agent de l'artiste qui n'a cependant pas fourni plus de détails. Selon le site TMZ , il a fallu plusieurs minutes aux secouristes pour délivrer le chanteur.

Montpellier accroche Monaco à son tableau de chasse
Pour Leonardo Jardim , ce résultat n'est pas satisfaisant. "Je ne suis pas content, bien sûr, a expliqué l'entraîneur portugais". Deuxièmes au classement, les Monégasques doivent se remettre de la sévère défaite encaissée face à Porto (3-0) cette semaine.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.