Le gouvernement reporte l'objectif de réduction à 50% prévue pour 2025 — Nucléaire

LE CO2 BONDIRAIT AVEC L'OBJECTIF DE BAISSE DU NUCLÉAIRE

LE CO2 BONDIRAIT AVEC L'OBJECTIF DE BAISSE DU NUCLÉAIRE

La loi de 2015 sur la transition énergétique prévoit de ramener de 75 % à 50 % d'ici à 2025 la part de l'atome dans la production d'électricité française.

Il a par la suite précisé, sur Public Sénat, que la date butoir pourrait être repoussée de dix ans: "on va regarder ce qui est faisable".

"Et ça se fera au détriment de la fermeture des centrales à charbon et probablement que si l'on voulait s'acharner sur cette date, il faudrait même rouvrir d'autres centrales thermiques", a souligné Nicolas Hulot.

Ce mardi 7 novembre 2017 à la sortie du Conseil des ministres, le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a annoncé que le gouvernement renonçait à ramener la part du nucléaire à 50% du mix énergétique français en 2025.

Hulot a toutefois confirmé que la centrale nucléaire de Fessenheim (nord-est) sera fermée durant le quinquennat. Un crève-coeur au regard des positions anti-nucléaires revendiquées par l'ancien animateur d'Ushuaïa Nature, et un coup de frein au regard de la promesse électorale d'Emmanuel Macron. Une nouvelle date devrait prochainement être fixée pour l'atteinte de cet objectif.

"C'est Noël tous les jours": Sia twitte une photo de ses fesses
La capture écran ci-dessous témoigne de la qualité de la photo et est barrée pour ne pas être utilisée à des fins commerciales". Et nous, on ne peut qu'applaudir cette audace!

L1 - Lyon humilie St Etienne dans le chaudron !
Les Stéphanois ont ensuite très mal débuté la seconde période avec l'exclusion pour un tacle violent de Lacroix sur Fekir (48e). Au classement, Lyon reprend la troisième place (25 points) juste devant l'OM, quatrième (24 points).

Carles Puigdemont s'est livré à la police belge
Il a par ailleurs insisté pour obtenir de Madrid "l'engagement que le résultat de ces élections (sera) respecté". Puigdemont avaitécrit sur Twitter samedi après-midi qu'il se tenait à disposition des autorités belges.

Ainsi, alors que la France bénéficie actuellement d'une marge d'environ 300 mégawatts de puissance installée, la combinaison de la fermeture du parc de centrales thermiques alimentées en charbon et des quatre réacteurs nucléaires arrivant en fin de vie, Tricastin 1 et 2 et Bugey 2 et 3, placerait la France en sous-capacité dès l'hiver 2021-2022.

Nicolas Hulot, qui avait déjà fait part dans le passé de ses doutes sur la possibilité de respecter les délais inscrits dans la dernière loi de transition énergétique, s'est appuyé là sur des conclusions présentées mardi par RTE.

Cet argument est exactement celui que soutient RTE, la filiale d'EDF gestionnaire du réseau de transport d'électricité.

L'ONG ajoute dans un communiqué: " Faire traîner le désengagement du nucléaire, c'est mettre en péril le développement des filières d'avenir et créatrices d'emplois que sont les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, et laisser la place aux énergies fossiles, dangereuses pour le climat, pour pallier les défaillances du nucléaire vieillissant qui ne manqueront pas de se produire, comme ce fut le cas l'hiver dernier avec un impact climatique désastreux ".

Mais cela n'a pas convaincu des associations écologistes, comme Greenpeace, qui estime que "ce n'est pas en reculant sur le nucléaire que la lutte contre les dérèglements climatiques s'accélèrera". C'est presque 8% de moins qu'en 2015.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.