Obama a rencontré Hollande pour parler du climat

La maire de Paris Anne Hidalgo et le 44e président des Etats Unis Barack Obama le 2 décembre 2017 à Paris.- Capture Twitter Anne_Hidalgo

La maire de Paris Anne Hidalgo et le 44e président des Etats Unis Barack Obama le 2 décembre 2017 à Paris.- Capture Twitter Anne_Hidalgo

Invité comme ancien président, mais acclamé comme une star.

Barack Obama avait aussi déploré la décision début juin des Etats-Unis de sortir de l'accord de Paris sur le climat, signé en décembre 2015 par 195 pays pour limiter la hausse du réchauffement climatique. Son public est déjà conquis. L'ancien président des États-Unis a d'abord rencontré la maire de Paris, Anne Hidalgo, dans la matinée. "C'est un plaisir de rencontrer une nouvelle fois @barackobama, à l'occasion de sa venue à #Paris". L'entourage d'Emmanuel Macron, qui s'était attaché à bien préciser dans un communiqué que c'était Barack Obama qui "souhaitait" parler au candidat français, et non l'inverse, avait tapé juste: la vidéo avait été reprise à la télévision et alimenté les commentaires politiques pendant deux jours.

Messi se réveille, mais pas de 300e victoire en Liga — Barcelone
En pleine bourre, le défenseur du FC Barcelone s'est blessé à la cuisse droite samedi contre Vigo (2-2). Sur une bonne action du Barça, Luis Suarez passe à Paulinho dans la zone et ce dernier la lui renvoie.

ARCEP : près de 3 millions d'abonnements à la fibre optique en France
Sous l'effet des migrations vers le très haut débit, le recul du nombre d'abonnements haut débit (ADSL principalement) s'intensifie au troisième trimestre avec une baisse de 195.000 à 21,7 millions.

2018 sera une "année sabbatique" pour Matt Pokora
Il a également été suivis par les paparazzis cherchant à confirmer sa relation, entretemps confirmée, avec Christina Milian . Le chanteur qui cartonne en studio et sur scène a besoin de prendre un peu de recul après une année bien chargée.

Selon la loi américaine, l'ancien chef d'Etat touche une retraite de 150 000 dollars par an. "Ce serait mieux que les États-Unis sous Donald Trump ne se désengagent pas de l'accord de Paris, mais l'accord conclu crée un tel mouvement qu'il est irréversible", a-t-on fait valoir de même source, rappelant que des États américains et entreprises avaient annoncé qu'ils continueraient à prendre des mesures pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

"L'homme par qui le slogan " Yes we can " est né est en visite en France où il doit notamment intervenir devant " Les Napoléons ", un réseau de plus de 3.000 acteurs de l'industrie des communications.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.