Agression d'un policier à Aulnay-sous-Bois : cinq jeunes jugés ce jeudi

Agresseurs d'un policier cinq suspects arrêtés

Agresseurs d'un policier cinq suspects arrêtés

Une nouvelle agression de policiers a eu lieu, ce lundi en fin de journée, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

Parmi les cinq jeunes, âgés de 14 à 24 ans, deux majeurs ont été mis en examen pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique en réunion".

Saint-Etienne-du-Rouvray : Mediapart révèle l'énorme raté des services de renseignements
Et, dans un message audio, il aurait encouragé à cibler des églises au couteau. La note blanche donc, reste bloquée, jusqu'au 26 juillet, jour de l'attentat .

Une nouvelle faille menace aussi téléphones et tablettes, selon Google — Sécurité
Ces affirmations ont fait dégringoler le titre Intel en Bourse (-3,40% à la clôture de Wall Street). Ils ont donc annoncé être en production d'un logiciel visant à corriger le problème.

Bientôt des téléphones dans plus de 50 000 cellules — Prisons
Le contrat devait être signé en avril ou fin mai et les premières prisons devraient être équipées avant la fin 2018 . Les détenus veulent absolument utiliser Facebook, Snapchat, Twitter et se filmer ou prendre des photos...

Les quatre majeurs devaient initialement être jugés en comparution immédiate le 4 janvier à Bobigny, mais le parquet a finalement décidé d'ouvrir une information judiciaire, pour mener "des investigations supplémentaires". L'agression, filmée et largement diffusée sur les réseaux sociaux, a fait réagir Emmanuel Macron qui a promis sur Twitter que les "coupables du lynchage lâche et criminel des policiers" seraient "retrouvés et punis".

Les faits se sont produits le 1er janvier peu avant 18h00, dans la cité des 3 000 d'Aulnay-sous-Bois. Le suspect prend la fuite avant d'être rattrapé par un policier. Selon les syndicats de police, lors de son interpellation par deux agents de la BAC, une dizaine de jeunes s'en sont pris physiquement à un l'un des deux policiers, qui a écopé de 8 jours d'interruption totale de travail (ITT). L'un d'eux a "sauté sur sa tête à pieds joints", d'après les sources policières, poussant un collègue à tirer en l'air avec son arme de service. Une vidéo qui correspondrait "à une scène évoquée par les policiers", selon une source proche de l'enquête rapportée par l'AFP. En tout cas, les forces de l'ordre, ce jeudi, ne semblent pas nier l'existence d'une telle vidéo. On voit clairement un homme en sweat gris à califourchon sur un autre, casque blanc et bleu sur la tête. Le jeune ne s'est vu prescrire aucun jour d'ITT.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.