Médecin viré de l'hôpital pour sa barbe trop longue

Centre hospitaler de Saint-Denis./DR

Centre hospitaler de Saint-Denis./DR

En réalité, la décision ne fait qu'entériner la mauvaise foi et l'intolérance de certains des collègues de ce médecin qui a simplement demandé à exercer son métier tranquillement. Le médecin, aujourd'hui âgé de 35 ans, effectuait un stage de spécialisation d'un an en chirurgie viscérale au centre hospitalier de Saint-Denis, au nord de Paris, dans le cadre d'une convention avec le National Liver Institute de l'université égyptienne de Menoufia.

La cour d'appel de Versailles a donné le 19 décembre dernier raison à l'hôpital de Saint-Denis, mais ce n'est pas le simple port de la barbe qui a motivé la décision des magistrats. "On ne sait même pas de quelle religion on parle, mon client aurait pu être un hipster", a-t-elle déclaré, ajoutant que son client avait "finalement pu faire son stage à l'hôpital Paul Brousse, à Villejuif, et sa barbe de 5 centimètres n'a posé de problème à personne". Mais dans ce cas précis, elle met en avant le contexte, estimant avoir eu des éléments "justifiant que le port de la barbe représente effectivement (.) la manifestation d'une revendication ou d'une appartenance religieuse". Le médecin-stagiaire s'est de son côté "borné à invoquer le respect de sa vie privée sans pour autant nier que son apparence physique était de nature à manifester ostensiblement un engagement religieux", poursuit la cour.

Afghanistan : au moins dix-huit morts dans un attentat lors de funérailles
Ce nouveau massacre intervient t rois jours après un attentat suicide à Kaboul contre un centre culturel chiite, qui a fait 41 mort et 84 blessés.

George Weah élu président — Liberia
Les observateurs locaux et internationaux ont qualifié cette élection de "généralement pacifique et calme". Suivons le même chemin...", a écrit la légende du football libérien.

Traqué par des chasseurs, un cerf sauvé par les habitants
Un chasseur avait escaladé la palissade qui délimitait le jardin pour abattre l'animal à bout portant, provoquant une polémique. C'était sans compter sur l'intervention des habitants de la commune, soutenus par le maire, Gilles Laveur (PCF).

Le médecin stagiaire s'était présenté au centre hospitalier, selon la direction, "avec le visage couvert d'une barbe particulièrement imposante". La justice souligne par ailleurs qu'il a "manqué à ses obligations au regard du respect de la laïcité et du principe de neutralité de service public". En effet, si la barbe à elle seule n'est pas un signe religieux ostentatoire et que l'intéressé n'a jamais fait d'acte de prosélytisme ou d'observations de la part des usagers du service public, comment peut-on justifier cette interdiction qui se traduit davantage par l'intolérance de certains collègues plutôt que sur les actes du médecin? Avec sa décision, la cour de Versailles confirme la décision du tribunal administratif de Montreuil en première instance.

L'avocate du médecin stagiaire, Nawel Gafsia, a signifié à l'AFP qu'elle prévoyait de se pourvoir devant le Conseil d'Etat.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.