Intenses bombardements sur les dernières zones rebelles — Syrie

Les services de secours recherchent des survivants dans les décombres d'un immeuble qui s'est effondré sur quatre familles après des raids de l'armée de l'air syrienne sur Idleb le 4 février 2018

Les services de secours recherchent des survivants dans les décombres d'un immeuble qui s'est effondré sur quatre familles après des raids de l'armée de l'air syrienne sur Idleb le 4 février 2018

Depuis lundi, 228 civils dont 58 enfants ont péri dans le déluge de feu déversé par le régime sur la Ghouta orientale, proche de Damas, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Depuis lundi, des milliers de familles ont trouvé refuge dans des abris de fortune, alors que médecins et secouristes sont débordés par l'afflux des victimes avec des bilans quotidiens de dizaines de morts et de blessés, dont des femmes et des enfants.

"Il s'agit des quatre pires journées qu'ait connues la Ghouta orientale" depuis le début de la guerre en 2011, a déclaré à l'Agence France Presse Hamza, un médecin qui traitait des blessés dans une clinique d'Arbine.

La veille, les Etats-Unis, hostiles au régime Assad, et la Russie avaient de nouveau étalé leurs divergences, les premiers se disant en faveur d'une trêve humanitaire, la seconde la jugeant " pas réaliste ".

La Russie, alliée des forces pro-régime qui pilonnent la Ghouta orientale, a bloqué à de nombreuses reprises des initiatives du Conseil de sécurité visant le régime de Bachar al-Assad. Dans cette zone, " les conditions sont horribles ", a par ailleurs dénoncé le secrétaire général de l'ONU aux Affaires humanitaires Mark Lowcock devant le Conseil de sécurité, selon un diplomate.

À Jisrine, des bombes sont tombées près d'une école, sur un marché et près d'une mosquée, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Sur un autre front du conflit, la coalition internationale menée par les États-Unis a affirmé avoir tué au moins 100 combattants prorégime dans l'est de la Syrie en riposte à une attaque contre ses alliés dans le combat antidjihadistes.

Le scandale du filtergate — Tabac
Pour voir ces petits trous, il suffit de déchirer le papier qui entoure le filtre et de le placer devant une source lumineuse. L'annonce a été faite à l'AFP ce vendredi, par le CNCT, confirmant une information du Monde .

Les actions chutent après l'annonce des résultats — Tesla
Mais rapporté par action et hors éléments exceptionnels elle ne ressort qu'à 3,04 dollars contre 3,12 dollars attendus en moyenne par les marchés.

Et soudain, le vent révéla la calvitie de Donald Trump
La coupe de cheveux de Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir a déjà fait couler beaucoup d'encre . Selon ces derniers, Donald Trump utiliserait force laque capillaire afin de maintenir le tout.

" Les enfants sont affamés, bombardés et piégés. Il faut arrêter immédiatement les combats et lever le siège ".

L'armée syrienne n'a pas réagi dans l'immédiat. "Nous sommes de retour aux heures les plus sombres du conflit (...) ", a dit l'ambassadeur français à l'ONU François Delattre. En représailles, les rebelles ont tiré des roquettes sur Damas, bastion du régime, où trois civils ont été tués mardi, selon l'agence officielle Sana. En fin de soirée, des obus pleuvaient sur le quartier de Bab Touma à Damas, selon des correspondants de l'AFP.

Craignant une "aggravation de la crise humanitaire", l'ONU a appelé à une trêve humanitaire d'au moins un mois dans toute la Syrie, pays ravagé par une guerre dévastatrice qui a fait plus de 340.000 morts et jeté à la rue des millions de personnes depuis mars 2011.

Les violences ont également fait rage dans la nuit de mercredi à jeudi dans l'est de la Syrie, où la coalition internationale a mené dans la province de Deir Ezzor des frappes contre des combattants alliés au régime pour repousser une attaque contre le QG des Forces démocratiques syriennes (FDS), selon un responsable américain.

"Mais ce qui nous inquiète le plus, c'est la possibilité que du gaz sarin ait été utilisé" récemment, avait-t-il ajouté, précisant que les Etats-Unis n'avaient pour le moment pas de preuves pour étayer cette hypothèse. Plus de 100 membres des prorégime ont été tués " dans les frappes et les combats, a-t-il dit.

Les Etats-Unis ont demandé à ce que les attaques aériennes et chimiques contre les civils en Syrie "cessent immédiatement", alors que des responsables de l'ONU ont accusé le gouvernement syrien d'avoir bloqué tous les convois d'aides humanitaires qui tentaient de parvenir aux zones assiégées en janvier.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.